Apprendre à raisonner (1) : Une définition de la logique
3 juin 2021

Cet article est le premier d’une série consacrée à la logique classique (ou aristotélicienne, c’est-à-dire développée par Aristote). Dans cet article, j’introduis la définition de la logique. J’explique ensuite rapidement pourquoi il est crucial de s’y intéresser et de l’étudier.


La définition de la logique

Pour que ce soit clair pour tout le monde, la logique est la discipline ou la partie de la philosophie1 qui étudie les règles des raisonnements, des arguments. Plus précisément, on dit qu’elle étudie la forme des raisonnements, leur structure, comment ils sont organisés, etc.

Elle répond à ce genre de questions : comment savoir qu’un argument est un bon argument ? Comment savoir si notre raisonnement est valide ? Pour prendre un sujet très actuel : comment savoir si l’argument que j’entends de la part des médias mainstream ou de ceux qu’on qualifie de « complotistes » est vrai ou faux ? Comment savoir qui a raison entre les médecins « complotistes » et les autres qui ne le sont pas ?

On fait souvent la différence entre la logique classique et la logique formelle (aussi appelée logique mathématique2, si elle ne sont pas identiques, elles se ressemblent au moins beaucoup). Pour faire très simple, la logique classique étudie nos raisonnements de la vie de tous les jours alors que la logique formelle s’occupe de raisonnements plus abstraits (surtout en mathématiques mais aussi en philosophie analytique3). Je donne plus d’explications plus bas.

L’utilité de la logique

Bien sûr, dans chaque débat, il y a des notions précises à creuser (dans le débat actuel : les vaccins, la biologie moléculaire, l’immunologie, la génétique, etc.). La logique ne suffit pas à elle seule, il faut étudier en détail les disciplines nécessaires pour comprendre le débat.

Mais elle nous permet déjà de filtrer des arguments et de ne garder que ceux qui sont valides (c’est-à-dire qui sont vrais si et seulement si leurs prémisses le sont, n’ayez pas peur, nous verrons ce que cela veut dire !) Il y a en gros des règles basiques sur comment raisonner, formuler un argument rigoureux et valide. On appelle sophisme un argument qui ne respecte pas ces règles de bases.

Beaucoup des arguments que vous pouvez entendre aux informations ou sur internet sont, en fait, des sophismes. Qu’ils soient d’ailleurs formulés par quelqu’un qui est interviewé dans la rue, par un journaliste ou par un spécialiste (un médecin ou un philosophe connu par exemple). Un des buts de la logique, c’est de détecter ces sophismes pour ne garder que les bons arguments.

L’ignorance de la logique dans notre société actuelle

Ce qui est dommage, c’est que la plupart des gens de notre société ne savent plus argumenter comme ils ignorent ces règles de base qui étaient pourtant connues de tout le monde auparavant. Rien d’étonnant comme on ne les leur a jamais appris à le faire à l’école. Vous me direz qu’on apprend la logique mathématique au lycée. Oui, c’est vrai, elle est utile pour des raisonnements mathématiques et même des réflexions philosophiques complexes, notamment en philosophie analytique.

Mais nous formulons très rarement nos arguments de tous les jours avec la logique formelle (pro et antivaccins, disputes de famille, un enfant qui essaye de convaincre ses parents de lui acheter la dernière console, débats de bioéthique, discussion pour déterminer quel est le meilleur kebab de ma ville, etc.) C’est la logique classique, en compliqué la logique aristotélicienne (c’est-à-dire développée par Aristote) que nous utilisons très souvent bien qu’inconsciemment (utilisée par les philosophes jusqu’au XXe siècle). Or on ne nous l’apprend quasiment jamais en cours. C’est pour cela que nous l’utilisons un peu n’importe comment.

Notre ignorance de la logique est encore plus humiliante pour nous quand on regarde les manuels de logique écrits à l’époque (XVIII jusqu’au XXème siècle) pour des collégiens et des lycéens. Cela signifie en gros que des collégiens et les lycéens de l’époque débattaient mieux que la plupart des personnes que nous voyons débattre à la télé par exemple.

Cette série d’articles a justement pour but de combler humblement cette lacune en proposant une introduction à la logique classique accessible à tous. Nous ne traiterons pas de la logique mathématique. Très clairement, je n’inventerai rien. Je reprendrai juste l’excellent livre de Peter Kreeft : Socratic Logic et Raisonner en vérité de Bruno Couillaud.


Illustration : Éducation d’Alexandre par Aristote, gravure de Charles Laplante, publiée dans le livre de Louis Figuier, Vie des savants illustres – Savants de l’antiquité (tome 1), Paris, 1866, pages 134-135.

  1. De même que dans d’autres matières se divisent en plusieurs parties. Par exemple, la biologie en biologie cellulaire (étude des cellules), en biologie moléculaire (études des molécules), en immunologie (étude du système immunitaire).[]
  2. Si la logique mathématique vous intéresse, voici quelques liens : trois vidéos très accessibles ici, un cours entier en vidéo ici et un cours écrit synthétique ici.[]
  3. C’est, en gros, un courant philosophique (principalement anglo-saxon) qui cherche à formaliser des arguments de manière très rigoureuse, précise et abstraite, beaucoup à la manière des mathématiques. On l’oppose souvent à la philosophie continentale (principalement européenne) qui a un style plus littéraire et “poétique” que mathématique.[]

Laurent Dang-Vu

Etudiant en maths/info, passionné par la théologie biblique qui me permet d'admirer la beauté et la cohérence de la Bible comme une seule grande histoire, par l'apologétique culturelle (l'analyse d'oeuvres culturelles, films/jeux/anime/littérature à la lumière de la foi) et par la philosophie thomiste pour ses riches apports en apologétique.

0 commentaires

Trackbacks/Pingbacks

  1. La logique (2) : Treize raisons d’étudier la logique – Par la foi - […] par Aristote). Avant de lire cet article, je vous invite si ce n’est pas déjà fait, à lire le…

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *