A-t-on le droit de juger la cohérence d’une théologie? – Turretin (1.10)
5 mars 2021

Sujet 1: La Théologie

Question 10: La raison humaine est-elle autorisée à juger les contradictions en matière de foi? Nous l’affirmons

C’est une question qui s’applique particulièrement aux luthériens. En effet, dans leur doctrine de la Cène, ils affirment que le corps de Jésus est réellement présent en même temps que le pain. Cela signifie donc que la nature humaine de Jésus est présente en plusieurs endroits à la fois, ce qui est une contradiction, puisque la nature humaine est localisée par essence. Face à cette objection, les théologiens luthériens comme Lucas Osiander, Balthazar Mentzer, Josué Stengmann condamnent les calvinistes parce qu’ils osent exprimer un jugement rationnel sur les choses divines *fait trembler sa robe*

Mais un réformé est souvent têtu. C’est pourquoi Turretin commence par préciser de quelle genre de raison il parle :

  • Il s’agit de la raison saine et guérie par le Saint Esprit, en soumission à lui, et non de la raison naturelle et corrompue.
  • Les principes du raisonnement ne viennent pas de la raison, mais de l’Écriture.
  • Il ne s’agit que de mesurer la vérité de la conséquence, et non de la proposition : il ne s’agit pas de savoir si Jésus a vraiment dit « ceci est mon corps », mais de savoir si les luthériens ont raison d’en conclure leur doctrine particulière.

Formulation de la question (§§2-3)

  1. Il ne s’agit pas de savoir si la raison peut atteindre les mystères de la foi : c’est évident que non, comme on l’a dit à la question précédente. Les mystères de la foi sont au delà de la raison. Il ne s’agit que de savoir si l’on a le droit de dire que deux propositions sont contradictoires en matière de foi.
  2. Il ne s’agit pas du jugement de décision, absolu et illimité. Il ne s’agit que du jugement de discrétion[=discernement] qui est lié et limité par la Parole de Dieu et soumis à elle (1 Thessaloniciens 5.21 ; 1 Jean 4.1).

Ainsi nous décidons que le jugement de contradiction appartient à la raison mais (1) une révélation est toujours présupposée et sa vérité digne de foi en elle-même ; (2) d’une façon organique et ministérielle [c’est à dire en harmonie et soumise à la Parole- NdT] , et non despotique et autoritaire ; (3) en conformité avec l’Écriture qui s’interprète elle-même et ne requiert pas d’autres interprètes. Ainsi la Raison illuminée par le Saint Esprit est capable de considérer et de juger à partir de la Parole (selon les règles des bonnes et nécessaires conséquences) si les différentes parties d’une doctrine sont cohérentes et ce qui peut ou non être conclu.

François Turretin, ITE, 1.10.3

Argumentation (§4)

L’argumentation est courte et incisive :

  1. Les Écritures appellent fréquemment à juger soi-même (Matthieu 7.15 ; 16.6 ; Colossiens 2.8 ; 1 Thessaloniciens 5.21 ; Hébreux 5.14) ;
  2. L’exemple des saints, comme celui des béréens (Actes 17.11) et des Corinthiens (1 Corinthiens 10.15) ;
  3. Le but visé par l’Écriture, puisqu’elles visent à ce que nous ayons un parfait jugement (2 Timothée 3.16 ; Tite 1.9) ;
  4. Le fait que les luthériens eux-même ne peuvent s’empêcher d’utiliser la raison par ailleurs, sans quoi « toutes sortes d’hérétiques et de fanatiques introduiraient leurs fictions et opinions monstrueuses et nous ne pourrions jamais vraiment nous opposer à eux ».

Objections (§§ 5-16)

§5 Objection : Vous utilisez un jugement humain et donc faillible et inadéquat. Réponse : Certes ce sont des hommes qui font le raisonnement, mais le raisonnement est en lui-même plutôt divin, dans le sens où nous sommes assistés par le Saint Esprit qui le permet : «L’homme spirituel juge de tout» (1 Corinthiens 2.15).

§6 Objection : La raison ne peut pas juger Dieu à partir des choses naturelles. Or la raison est limitée aux choses naturelles. Donc elle ne peut pas juger des choses divines. Réponse : C’est vrai, mais nous jugeons à partir des principes de la Parole (Matthieu 19.26 ; 2 Timothée 1.12 ; Psaumes 115.3).

§7 Objection: Il est écrit que la Raison doit être capturée pour Dieu (2 Corinthiens 10.5) Réponse: Quand elle contredit l’Évangile, mais nous pouvons écouter le témoignage de la raison quand elle soumise à la Parole de Dieu.

§8 Objection : L’intellect humain est si obscurci qu’il est incapable de juger des choses divines. Réponse : Certes, on ne peut pas juger de la vérité des propositions divines. Mais nous sommes tout de même capable de savoir si une conclusion est bien faite ou non.

§9

La raison ne juge pas seulement des contradictions formelles et directes, mais aussi des contradictions indirectes et implicites (déduites par nécessaire conséquence) comme celles-ci : le sang de Christ nous a lavé de tout péché, donc il n’y a pas de purgatoire. Christ est monté au ciel, donc il n’est pas partout.

Ibid, 1.10.9

Etienne Omnès

Mari, père, appartient à Christ. Les marques de mon salut sont ma confession de foi et les sacrements que je reçois.

sur le même sujet

Des contradictions de l’Écriture — Turretin (2.5)

Des contradictions de l’Écriture — Turretin (2.5)

D’autres défendent l’intégrité des Écritures et disent ces différentes contradictions sont seulement apparentes, et non réelles; ces passages sont difficiles à comprendre, mais pas impossibles à expliquer. C’est l’opinion la plus commune des orthodoxes, que nous suivons comme étant la plus sûre et la plus vraie.

De l’autorité des Écritures — Turretin (2.4)

De l’autorité des Écritures — Turretin (2.4)

La première question semble peu nécessaire parmi les chrétiens qui devraient tous considérer comme une vérité inchangeable le fait que les Écritures sont inspirées de Dieu, un fondation primaire de la foi. Et pourtant parmi les chrétiens de notre époque, il y a beaucoup trop d’athées et de libertins qui essaient par tous les moyens d’affaiblir cette vérité. Ainsi donc il est de la plus grande importance pour notre salut que notre foi soit fortifiée une bonne fois pour toutes contre les complots diaboliques des ces personnes impies.

Les Écritures ont été écrites par décret divin — Turretin (2.3)

Les Écritures ont été écrites par décret divin — Turretin (2.3)

Afin de diluer l’autorité des Écritures, les apologistes romains du XVIIe siècle faisaient feu de tout bois: d’abord ils niaient la nécessité des Écritures, puis ils niaient qu’elles soient à l’initiative de Dieu. Ainsi, le cardinal Bellarmin enseignait Christ n’avait pas commandé aux apôtres de mettre son enseignement pas écrit, et que ceux-ci n’imaginaient pas en écrivant leurs lettres qu’elles seraient considérées canoniques. L’enjeu pour Bellarmin est de mettre l’emphase sur la Tradition comme vrai canal de la Révélation, et aussi de renforcer le dogme catholique qui veut que ce soit l’Église qui ait canonisé les Écritures, plutôt que de les avoir simplement reconnues comme divines.

Mais évidemment, Turretin ne pouvait pas laisser passer ça.

De la nécessité des Écritures — Turretin (2.2)

De la nécessité des Écritures — Turretin (2.2)

Dans leur hostilité au Sola Scriptura, les catholiques du XVIIe siècle allaient jusqu’à dégrader la Bible elle-même. Des modérés comme Bellarmin disaient que les Écritures étaient utiles, mais non nécessaires. Des personnes plus emportées comme le Cardinal Stanislas Hozjusz disait: «Il aurait été plus intéressant pour l’Église que les Écritures n’aient jamais existé» ou bien encore Pedro de Valencia : «Il aurait mieux valu qu’elles [les Écritures] ne soient jamais écrites».

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *