La doctrine de Dieu (2) : Les catégories trinitaires – Zacharias Ursinus
17 mai 2018

Zacharias Ursinus est le rédacteur principal du catéchisme de Heidelberg dont nous avons rapporté l’histoire ici. Nous avons pensé utile de faire découvrir au public français comment celui-ci définissait la doctrine de Dieu et nous poursuivons aujourd’hui avec la Trinité. Comme nous le disions dans le premier article de cette série, le vocabulaire utilisé par Ursinus est un vocabulaire technique : il fait de la « vraie théologie » qui obéit à des règles et des termes définis par une longue histoire, exactement comme dans les autres sciences comme les mathématiques. Notre blog se donne aussi pour mission de vulgariser à l’avenir de telles notions, vous pouvez donc passer votre chemin si les formulations de Ursinus vous semblent incompréhensibles. Toutefois, nous encourageons ceux qui veulent étudier la théologie à s’arrêter et prendre le temps de comprendre le vocabulaire, nous restons disponibles dans les commentaires pour expliquer les notions ou les arguments qui ne sont pas compris.

Ainsi donc, dans ce deuxième article, Ursinus cherche à définir les principaux termes que l’on utilise pour parler de la Trinité en théologie quand nous disons « la Trinité est une seule essence divine mais trois personnes divines ». Pour aider à la compréhension, je mettrai en gras et en italique les termes qui sont définis par Ursinus.


QUE SIGNIFIENT LES TERMES ESSENCE, PERSONNE ET TRINITÉ, ET EN QUOI DIFFÈRENT-ILS L’UN DE L’AUTRE ?

Essence, du grec ουσια, signifie, tel qu’il est utilisé ici, une chose qui subsiste par elle-même – c’est-à-dire non soutenue par une autre, bien qu’elle puisse être communiquée à d’autres. On appelle communicables, ou communiquées, ce qui est commun, ou qui peut être communiqué à un grand nombre. Est incommunicable ce à quoi rien d’autre ne peut participer. L’essence de l’homme est communicable et commune à beaucoup d’hommes, génériquement, mais pas individuellement. Mais l’essence de Dieu peut être communiquée individuellement, parce que la Déité ou la nature de Dieu est la même et entière dans les trois personnes de la Divinité.

La personne est ce qui (1) subsiste, (2) est individuel, (3) vivant, (4) intelligent, (5) incommunicable, (6) non soutenu par un autre, (7) ni dans une partie d’un autre. (1) Subsister, c’est-à-dire qu’il ne s’agit pas d’un accident (Note : accident est un terme philosophique que nous avions défini dans cet article), ni d’une pensée, ni d’un décret, ni d’un son qui s’évanouit, ni d’une qualité ou d’un mouvement créé. (2) Individuel, c’est-à-dire pas l’homme génériquement, mais individuellement, en tant que cet homme. (3) Vivre, quelque chose de différent de ce qui est inanimé, comme une pierre. (4) Intelligent, non irrationnel, comme l’animal qui, bien qu’il puisse avoir de la vie et des sentiments, est néanmoins dépourvu de personnalité (Note : en philosophie, la personnalité est attribué à ce qui possède l’intelligence, les émotions et la volonté). (5) Incommunicable, elle ne peut pas être communiquée, contrairement à l’essence divine, qui peut être dans plus d’un, et être commune à plus d’un – la personnalité, cependant, est incommunicable. (6) Non pas soutenu par un autre, parce qu’il subsiste par lui-même ; car la nature humaine du Christ est subsistante, individuelle, incommunicable, intelligente, et pourtant elle n’est pas une personne, parce qu’elle est soutenue par la Parole. Ainsi, l’âme de l’homme subsiste par elle-même, est intelligente, et non soutenue par une autre, et pourtant ce n’est pas une personne, pour la raison qu’elle fait partie d’un autre individu subsistant. Il est donc ajouté à la définition « et ne fait pas partie d’un autre« .

Nous pouvons maintenant facilement percevoir la différence entre l’Essence de Dieu et les Personnes qui subsistent dans l’Essence divine. Par le terme Essence, nous devons comprendre, en référence à ce sujet, ce que le Père éternel, le Fils et le Saint-Esprit sont considérés, et déclarés être, seuls et absolument en eux-mêmes, et qui est commun aux trois. Par le terme Personne, cependant, nous devons comprendre ce que les trois personnes de la Divinité sont considérées et déclarées comme étant individuellement et relativement, ou comparées les unes aux autres, et ce qu’elles sont selon le mode d’existence propre à chacune d’elles. Ou bien, nous pouvons définir l’Essence comme l’être même de Dieu – la Déité même, éternelle et unique – tandis que le terme Personne se réfère au mode, ou à la manière dont l’être de Dieu, ou l’essence divine, subsiste dans chacun de ces trois. Dieu le Père est cet Être qui est de lui-même, et non d’un autre. Le Fils est ce même Être, ou essence, non pas de lui-même mais du Père. Le Saint-Esprit est de la même manière le même Etre, non pas de lui-même, mais du Père et du Fils. Ainsi, l’Etre, ou essence divine, des trois personnes de la Divinité est un seul et même nombre. Mais être de soi-même, ou d’un autre – d’un, ou de deux ; c’est-à-dire avoir cette essence divine de soi-même, ou la recevoir d’un autre – d’un ou de deux, exprime le mode d’existence qui est triple et distinct ; c’est-à-dire (1) être de soi-même, (2) être engendré ou généré, et (3) procéder ; et donc, les trois personnes qui sont exprimées par le terme Trinité.

La synthèse de cette distinction entre les termes Essence et Personne, telle qu’appliquée à Dieu, est la suivante : l’Essence est absolue et communicable – la Personne est relative et incommunicable. Ceci peut être illustré par l’exemple suivant : C’est une chose d’être un homme, et une autre chose d’être père ; et pourtant un seul et même (individu) est à la fois un homme et un père ; c’est un homme absolument et selon sa nature, et c’est un père par rapport à un autre, c’est-à-dire à son fils. C’est donc une chose d’être Dieu, et une autre d’être le Père, ou le Fils, ou le Saint-Esprit ; et pourtant un seul et même est à la fois Dieu et le Père, ou le Fils, ou le Saint-Esprit ; cela (être Dieu) par rapport à lui-même, ceci (être le Père, le Fils ou l’Esprit) par rapport à un autre.

Addenda (Supplément).  L’essence d’un homme qui engendre un autre homme est communiquée à celui qui est engendré, mais la personne n’est pas communiquée ; car celui qui engendre n’engendre pas lui-même, mais un autre distinct de lui-même. Le fils, par conséquent, n’est pas le père, ni le père le fils, bien que les deux soient de vrais hommes. De la même manière, le Père éternel a communiqué au Fils, par génération éternelle, son essence, mais pas sa personne, c’est-à-dire qu’il n’a pas engendré le Père, mais le Fils ; le Père n’est pas non plus le Fils, ni le Fils le Père, bien que chacun soit vraiment Dieu. Pourtant, bien qu’il y ait cette ressemblance, il y a en même temps une grande différence dans la manière dont l’essence divine, étant infinie, et l’être humain, créé et fini sont communiqués à un autre, différence qui doit être soigneusement examinée ; car, d’abord, chez les hommes, chez le père et le fils, l’essence est aussi distincte que les personnes elles-mêmes – le père et le fils ne sont pas seulement deux personnes, mais aussi deux hommes distincts dans leur essence. Mais en Dieu, les personnes sont distinctes, tandis que l’essence reste commune, et la même ; et donc, il n’y a pas trois dieux, mais le Fils est le même Dieu en nombre qui est le Père et le Fils. Deuxièmement, dans les personnes créées, celui qui engendre ne communique pas toute son essence à celui qui est engendré, car alors il devrait cesser d’être un homme, mais seulement une partie est faite à celui qui est engendré, et rend l’essence d’un autre individu distinct de celui qui engendre. Mais chez les personnes incréées (le Père, le Fils et le Saint-Esprit), celui qui engendre ou qui inspire (Note : pour le Fils, la théologie parle d’engendrement tandis que pour l’Esprit nous parlons de spiration et de procession. Le Père et le Fils spirent l’Esprit et l’Esprit procède du Père et du Fils), communique toute son essence à celui qui est engendré, ou qui procède ; cependant, afin que celui qui communique, conserve la même chose et ce tout (l’essence divine). La raison des deux différences est que l’essence de l’homme est finie et divisible, tandis que celle de la Déité est infinie et indivisible. C’est pourquoi le Père éternel, le Fils et le Saint-Esprit constituent le seul vrai Dieu ; et pourtant le Père n’est ni le Fils, ni le Saint-Esprit ; ni le Saint-Esprit n’est le Fils ; c’est-à-dire qu’ils sont un seul Dieu – non pas trois dieux, mais trois personnes subsistant dans une seule Divinité.

Cette distinction entre essence et personne doit donc être maintenue, afin que l’unité du vrai Dieu ne soit pas altérée, que la distinction des personnes ne soit pas enlevée, ou que quelque chose d’autre soit compris par le terme personne, que ce que la vérité déclare, selon la Parole de Dieu. Par conséquent, ces mises en garde doivent être observées avec diligence :

Personne, par rapport à ce sujet, ne signifie jamais une simple relation, ou un office, comme les Latins ont l’habitude de le dire, « Principaa personam tueri », pour parler de « la personne du prince » (Note : les latins utilisent le mot personne pour désigner un office, une fonction comme celle du prince, du roi, etc.), comme Sabellius l’enseignait faussement. Personne ne désigne pas non plus la forme visible ou apparente, représentant la forme ou le visage d’un autre ; c’est-à-dire que ce mot n’est pas utilisé dans le sens où un acteur de théâtre peut jouer la « personne » d’un autre, c’est ainsi que Servet a joué avec le mot personne ces dernières années ; mais il signifie une chose vraiment distincte des autres avec lesquelles il a une relation, par une propriété incommunicable ; c’est-à-dire, il signifie ce qui est engendré, ou est généré, ou procède et non pas l’office, ou le rang de celui qui est engendré, ou est généré, ou procède.

Les personnes ne constituent pas quelque chose d’abstrait ou de séparé de l’essence qu’elles ont en commun, pas plus que l’essence n’est une quatrième chose séparée des trois personnes ; mais chacune d’entre elles est l’essence même et entière de la Divinité. La différence réside dans le fait que les personnes sont distinctes les unes des autres, alors que l’essence est commune aux trois.

En ce qui concerne le mot essence, il faut aussi observer que Dieu ou la Déité, ou la nature divine, n’a pas la même relation envers les personnes que celle que la matière a envers la forme (Note : matière et forme sont pris ici au sens philosophique), pour la simple raison que Dieu n’est pas composé de matière et de forme. Nous ne pouvons donc pas dire, à juste titre, que les trois personnes sont des parties d’une seule essence ou consistent en une seule essence. Nous ne pouvons donc pas dire correctement que la personne fait partie de l’essence, ou que l’essence se compose de trois personnes ; car chaque personne est l’essence divine tout entière. La relation entre essence et personne n’est pas non plus comme celle entre le général et le particulier, parce que l’essence n’est pas le genus des trois personnes, et la personne n’est pas non plus un type d’essence. Mais Dieu est un nom plus commun, parce que l’essence de la Déité est commune aux trois personnes, et peut donc être affirmée de chacune d’entre elles. Mais les noms Père, Fils et Saint-Esprit ne sont pas appliqués de cette manière générale, parce que les personnes sont vraiment distinctes, de sorte que nous ne pouvons pas attribuer l’un à l’autre. Nous pouvons donc dire, à juste titre, que Dieu ou l’essence divine est le Père, le Fils et le Saint-Esprit ; de même, les trois personnes sont un seul Dieu, ou en un seul Dieu ; de même, elles sont une seule et même essence, nature, divinité, etc. Pourtant, on ne peut pas dire correctement qu’ils sont issus d’un seul Dieu, parce qu’il n’y a pas une seule de ces personnes qui n’est pas lui-même Dieu entièrement et parfaitement. C’est pourquoi la relation entre l’essence et les personnes est comme la relation entre ce qui est communiqué et les sujets qui ont cette chose en commun. Il n’y a cependant pas d’exemple similaire et exact de communication dans la création (auquel on pourrait comparer la communication dans la Trinité).

Trinité, du grec τριασ, désigne ces trois personnes, distinctes en trois modes d’être, ou existant en une essence de la Déité. Mais la Trinité d’un côté et la triplicité de l’autre, ou le trine et le triple sont des choses différentes. Ce qu’on appelle triple est composé de trois essences – le trine est ce qui n’est qu’un par essence, tout en ayant trois modes d’être ou de subsister. Dieu est donc trine, mais pas triple, parce qu’il n’est qu’un seul par essence, mais trois en personnes, existant le plus simplement (note : c’est-à-dire existant selon la simplicité divine).

Maxime Georgel

Maxime est étudiant en médecine à Lille. Fondateur du blog Parlafoi.fr, il se passionne pour la théologie systématique, l'histoire du dogme et la philosophie réaliste. Vous entendrez souvent dans sa bouche "Thomas d'Aquin", "Jean Calvin" et "Vive la scolastique". Il affirme être marié à la meilleure épouse du monde. Ils vivent ensemble sur Lille avec leurs deux enfants et sont moniteurs de la méthode Billings.

sur le même sujet

Des attributs de Dieu — Turretin (3.5)

Des attributs de Dieu — Turretin (3.5)

Les attributs ne peuvent pas être une chose différente de l’être de Dieu parce que Dieu est parfait et simple. En langage plus ordinaire, cela veut dire que nous n’avons pas un objet divin d’un côté, et les attributs divins « stockés dans un serveur platonique » à côté. Dieu n’est pas un être qui se trouve avoir de la toute-puissance, il est la définition même de la Puissance. Il n’est pas un être qui a de la justice: il est la Justice grand J, sa définition même.

3 Commentaires

  1. Jean-Mikhaël B.

    « …et pourtant ce n’est pas une personne, pour la raison qu’elle fait partie d’un autre individu subsistant. Il est donc ajouté à la définition « et ne fait pas partie d’un autre« »
    Quelqu’un pourrait-il clarifier ce passage svp ?

    Réponse
    • Maxime Georgel

      Oui, la traduction est un peu rude ici ^^
      « N’est pas soutenue par un autre » ou « par autre chose » on pourrait dire cherche à distinguer personne de nature. Autrement dit, la nature humaine du Christ est subsistante, individuelle, incommunicable, intelligente. Donc elle remplit jusque là la définition de « personne » et donc on pourrait se demander en quoi il y a une différence entre nature et personne. La définition précise : n’est pas soutenu par autre chose. C’est ça qui distingue les deux. Car la nature humaine est soutenue par le Logos tandis que Logos n’est soutenu par rien.

      Réponse
      • Jean-Mikhaël B.

        Super, merci 🙂

        Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.