Comment Dieu endurcit-il les pécheurs ? – Pierre Lombard
6 juin 2018

“Dieu n’endurcit pas en communiquant la malice, ainsi que l’affirme Augustin, À Sixte, mais en ne communiquant pas la grâce”, attendu qu’ils n’en sont pas dignes. “Ceux auxquels, en effet, elle n’est pas communiquée, n’en sont pas dignes et ne la méritent pas ; bien plus, puisqu’elle n’est pas communiquée, c’est de cela qu’il sont dignes, c’est ce qu’ils méritent.” D’où l’affirmation de l’Apôtre : Dieu fait miséricorde à qui il veut et il endurcit qui il veut : appelant miséricorde la prédestination, et surtout l’effet de la prédestination, c’est-à-dire l’attribution de la grâce ; mais appelant endurcissement, la privation de la grâce. – Car, ainsi que l’affirme Augustin, À Simplicien, il ne faut pas entendre que Dieu endurcirait ainsi, “comme s’il forçait quelqu’un à pécher, mais seulement que pour certains pécheurs il ne ferait pas miséricorde de sa justification ; et, de ce fait, on dit qu’il les endurcit, car il ne leur fait pas miséricorde, et non pas parce qu’il les pousse à pécher. Mais il ne fait pas miséricorde à ceux dont il juge que la grâce ne doit pas être offerte par l’équité la plus secrète et très éloignée de toutes les pensées humaines” ; équité “que l’Apôtre n’a pas découverte, mais qu’il a admirée, lorsqu’il a dit : Ô hauteur des richesses de la sagesse et de la science de Dieu.”

Lombard, Sentences, Livre I, Distinction XL, Chapitre II.

> Lisez : Comment Dieu endurcit-il les coeurs ? – Thomas D’Aquin
> Lisez : L’endurcissement de Pharaon selon Augustin.

 

Maxime Georgel

Maxime est étudiant en médecine à l'Université Catholique de Lille. Fondateur du blog Parlafoi.fr, il se passionne pour la théologie systématique, l'histoire du dogme et la philosophie réaliste. Vous entendrez souvent dans sa bouche "Thomas d'Aquin", "Jean Calvin" et "Vive la scolastique". Il affirme être marié à la meilleure épouse du monde. Ils vivent ensemble sur Lille avec leur petit Thomas.

4 Commentaires

  1. Etienne Omnès

    Précisons au passage que Pierre Lombard était l’auteur de ZE manuel de théologie médiévale, d’où l’importance de cette citation: des générations de théologiens médiévaux ont doctement commentés ce genre de passage

    Réponse
      • Etienne Omnès

        C’est vrai. Tous les réformateurs ont fait leur doctorat dessus 🙂

        Réponse
        • Maxime Georgel

          Un must-read quoi ^^
          J’ai finis le premier livre, c’est super précis mais franchement barbant.

          Réponse

Trackbacks/Pingbacks

  1. Le De Patientia de saint Augustin – Par la foi - […] 21., cf. aussi Augustin, Thomas d’Aquin, Pierre Lombard sur […]

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *