Doit-on utiliser le mot « Théologie » ? — François Turretin (1.1)
3 février 2021

Alors que je relis les Instituts de théologie élenctique de Turretin, je me propose de publier mes notes de lecture synthétisant les réponses de Turretin aux différentes questions qu’il aborde.
François Turretin fut professeur de théologie à Genève de 1653 à 1687, succédant à Calvin à cette charge. Il fut un des derniers (et meilleurs) théologiens protestants scolastiques ayant jamais existé. J’espère ainsi encourager le lecteur à découvrir le meilleur de la tradition réformée.


Sujet 1 : La théologie

Question 1 : Doit-on utiliser le mot théologie dans les écoles chrétiennes ? Combien de sens ce mot a-t-il ?

Conformément à la méthode scolastique, on commence par les prolégomènes : que sommes nous en train de faire quand on parle de théologie ? Selon quelle méthode doit-on procéder ? C’est le sujet du premier locus, ou sujet.

Dans la question 1, Turretin aborde l’objection : « le mot théologie n’est pas dans les Écritures » ! Il ne devrait donc pas être utilisé.

Section 2 à 6 : Les occurrences du mot théologie dans la Bible.

Turretin répond en somme que certes l’expression stricte théologie n’est pas dans l’Écriture, mais que la formule très proche de « discours de Dieu » (λόγια τοῦ Θεοῦ) se retrouve dans Romains 3,2, 1 Pierre 4,11, Hébreux 5,12.

De même, l’essentiel n’est pas que le mot soit dans la Bible, mais que l’idée s’y trouve. D’ailleurs — commentaire personnel — le mot « Bible » n’est pas non plus dans la Bible, dois-je en déduire que la Bible n’existe pas ? Ce raisonnement s’applique à d’autres termes techniques de théologie, comme « Trinité », « consubstantiel ».

Certains objectaient l’origine païenne du mot, étant donné que le mot « théologie » avait autrefois été utilisé dans le contexte du paganisme gréco-romain. Turretin dit que ce n’est pas un obstacle, et qu’on peut tout à fait le récupérer pour le christianisme, tout comme les vases précieux égyptiens furent récupérés pour fabriquer le tabernacle.

Section 7 à 9 : Usage du mot théologie

La théologie est un discours de Dieu et un discours sur Dieu. Turretin détaillera dans la question 1.2 les finesses de ce mot. En attendant, il commente cette définition en citant le proverbe médiéval :

Theologia a Deo docetur, Deum docet, et ad Deum ducit

Ce qui signifie : la théologie est instruite par Dieu, enseigne Dieu, et conduit à Dieu. Voilà tout le projet de la théologie chrétienne.

Turretin distingue trois sens aux mots :

  1. Un sens large : Aristote utilise le mot pour désigner ce que nous appelons la métaphysique : la philosophie théorique de tout ce qui n’est pas physique ou mathématique.
  2. Un sens strict : les pères de l’Église réservaient ce mot aux enseignements sur la divinité de Christ, et appelaient « économie » les discours sur ce que faisait le Christ.
  3. Le vrai sens : Le système doctrinal chrétien.

Dans le troisième sens, le plus convenable, [théologie] signifie le système ou corps de doctrines au sujet de Dieu ou des choses divines, révélé par Lui pour sa propre gloire et pour le salut des hommes. C’est dans ce sens que nous l’utilisons ici. 

Etienne Omnès

Mari, père, appartient à Christ. Les marques de mon salut sont ma confession de foi et les sacrements que je reçois.

sur le même sujet

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *