Des conseils pour commencer la philosophie en autodidacte
5 octobre 2021

Dans cet article, j’expliquerai d’abord pourquoi il est vraiment important d’étudier la philosophie. Ensuite je proposerai de commencer par le thomisme (la philosophie de Thomas d’Aquin). Enfin, je donnerai quelques conseils pratiques.


I. Pourquoi perdre son temps à faire de la philosophie ?

Je veux d’abord maintenant insister sur le fait qu’étudier la philosophie est extrêmement important. Je dis très important parce que ça vaut la peine de sacrifier son temps et de mettre de côté ses autres loisirs qui prennent beaucoup de temps (sorties, films/séries/anime, Netflix, jeux-vidéo, réseaux sociaux). Je suis bien conscient que la tentation est très grande de retourner à ces divertissements (bien qu’ils ne soient pas mauvais en soi).

1. La philosophie à l’école

La philosophie n’est pas la matière ennuyante que vous peut-être présenté votre prof de philo en Terminale. Ce n’est pas un catalogue de philosophes (juste étudier ce que d’autres ont dit) mais une recherche de la vérité. C’est pour ça que peu de gens s’intéressent à la philosophie à cause de la mauvaise image qu’en donne l’éducation.

De plus, on ne voit que des thèmes à la suite sans étudier la philosophie de manière cohérente comme une grande aventure de l’humanité à la poursuite de la vérité. Tout ce que dit chaque auteur n’a de sens que dans son contexte. Or on n’enseigne pas ce contexte. On ne voit pas les bases. Du coup, souvent on ne comprend rien ou que de manière superficielle. De toute façon, un an ne suffit absolument pas1.

2. A quoi sert la philosophie ?

La philosophie, c’est en gros ce qu’on fait dès qu’on commence à réfléchir sérieusement de manière abstraite et précise à n’importe quel sujet (le sens de la vie, Dieu, le sexe, la science, l’amour, la politique etc., référence ici). C’est donc quelque chose que chacun d’entre nous fait intuitivement sans le savoir.

Etudier la philosophie, c’est donc étudier les sujets les plus profonds de la vie et de la réalité, mettre à l’épreuve ses convictions les plus solides, chercher des réponses profondes à ses questions et approfondir des sujets dont la société ambiante ne nous parle que de manière superficielle. C’est se munir de « munitions » pour aborder sereinement des sujets polémiques et souvent très complexes aussi divers que : la science, la théorie de l’évolution, la politique, l’économie, l’éthique, le féminisme, la bioéthique, l’avortement, l’éducation de vos enfants, le végétalisme/véganisme, les religions en général, la théologie etc.

Bref, pensez à l’étude de la philo comme à une quête, une grande aventure. Ça prend du temps, de l’énergie et ça demande beaucoup d’efforts. Mais croyez-moi, le jeu en vaut la chandelle. Voyez la philosophie comme un investissement très rentable pour le futur. Pour voir plus en détails des raisons d’étudier la philosophie lisez cet article et pour savoir ce qu’elle m’a apporté au niveau de ma foi celui-ci.

3. A quoi sert la philosophie pour le croyant ?

En particulier, si vous êtes croyants, au début l’expérience pourra être décourageante. Vous aurez probablement pour la première fois de sérieux doutes intellectuels sur votre foi. Mais vous en sortirez grandis et « vaccinés » contre les superstitions si nombreuses de notre époque (le scientisme par exemple). Vous serez très fortifiés dans les fondements de la foi chrétienne : la raison et la foi, l’existence de Dieu, ses attributs (caractéristiques), la Trinité, le paradis, le salut, la prédestination, les miracles, la résurrection etc.

Vous verrez que la philosophie ne contredit pas la Bible. Ce qui est tout à fait logique comme ces deux sources de connaissance2 (la Bible et la philosophie) viennent de Dieu qui ne peut se contredire. Elles sont juste deux manières différentes de connaître le monde que Dieu a donné aux hommes.

En particulier, après avoir étudié l’existence et les attributs de Dieu, vous le connaîtrez mieux, vous admirerez sa grandeur et sa beauté beaucoup plus qu’avant, et vous l’aimerez encore plus. Vous serez émerveillés par sa manière de « gérer » le monde qui est si harmonieuse, belle, bonne et généreuse (oui, j’ai bien dit ce mot !). La philosophie non seulement renforce la foi du croyant quand il fait face au doute, mais elle le rapproche de Dieu.

II. Quelle philosophie choisir ?

1. La philosophie : pas un catalogue mais la recherche de la vérité !

Peut-être que comme moi, vous avez entendu votre prof de philo en Terminale balancer plein de noms à la suite. Moi c’était : Socrate, Epicure, Pélage, Bacon, Descartes, Spinoza, Leibniz, Kant, Rousseau, Marx, Engels, Tocqueville, Hans Jonas, Bergson, René Girard et c’est tout je crois. Et encore, il n’en n’a cité que quelques-uns. Qui lire en premier ? Qui est le plus intéressant ? Qui écouter ? Et surtout, qui a raison ?

Le problème, c’est qu’à l’école, on ne nous présente pas la philosophie comme ce qu’elle était depuis le début (avec Socrate, Platon et Aristote) : la recherche de la vérité, l’amour de la sagesse (la science, la matière qui étudie les choses qui existent de la manière la plus profonde : l’amour, le bonheur, l’âme, la connaissance, Dieu etc.). Au lieu de ça, on nous déroule un catalogue de noms dans lequel il faudra qu’on choisisse nous-mêmes.

Ah oui, souvent dans ce catalogue, il y a un gros vide d’à peu près 1500 ans, c’est-à-dire grosso modo entre Aristote et Descartes. Comme si tout le monde était débile durant cette période.

2. Le bon choix : la philosophie classique/le thomisme

Moi et les autres collaborateurs du blog, nous pensons que les meilleurs repères en philosophie sont ceux que peuvent nous proposer la philosophie classique3.

En particulier, les repères venant de la philosophie classique telle que l’a résumée Thomas d’Aquin (c’est ce qu’on appelle le « thomisme »), un philosophe chrétien du Moyen-Âge en reprenant tous ses prédécesseurs : Platon, Aristote, Augustin et beaucoup d’autres (les Pères de l’Eglise, Damascène et Pseudo-Denys pour les connaisseurs). Pour de bonnes raisons (au moins pragmatiques) de s’intéresser d’abord au thomisme, lire cet article.

III. Par où et comment commencer ?

Je vous conseille de faire quatre choses complémentaires. Vous remarquerez que ces conseils restent pertinents pour apprendre n’importe quelle discipline autre que la philosophie. Par exemple la science, la biologie, la physique, la culture, l’histoire, la géopolitique, apprendre une nouvelle langue, l’économie, la théologie etc.

1. Réservez du temps exprès pour étudier la philosophie,

Si vous ne le faites pas, impossible d’avancer. Si vous aviez l’habitude de regarder beaucoup de séries ou d’anime, de jouer souvent à des jeux, il va falloir les remplacer au moins en partie par la lecture et la réflexion. Essayez de traîner moins sur les réseaux sociaux et sur youtube. Pensez à la philosophie comme un nouveau loisir ou une nouvelle passion et non pas une corvée à faire.

Nous disons souvent que nous n’avons pas le temps de faire ci ou de faire ça. En réalité, très souvent, c’est juste que nous gérons mal notre temps. Si vous avez de longs trajets dans les transports en commun, lisez au lieu de jouer, de dérouler des story sur votre smartphone ou de regarder des vidéos. Ce sont des sacrifices qui finissent par payer tôt ou tard.

2. Commencez par des ressources accessibles

Il faut se tourner vers des ressources qui vulgarisent la philosophie (livres, articles, cours, vidéos, chaînes youtube, podcasts). Pour vous aider, j’ai listé les meilleures et les plus faciles que j’ai trouvées dans cette bibliographie pour débutants.

J’ai connu des gens qui ont essayé de lire directement Spinoza ou Hegel. Inutile de vous dire qu’ils n’ont rien compris. En ce qui me concerne, j’ai essayé de lire Kant en Terminale, mais j’ai vite arrêté comme je ne comprenais absolument rien. Chaque philosophe vient avec les idées qu’il propose dans le cadre d’une unique histoire, la quête de l’humanité après la vérité.

Pour bien les comprendre, il faut donc lire les philosophes dans l’ordre (les premiers, les suivants, puis les derniers). Concrètement, commencez par lire4 les philosophes de l’Antiquité5 puis ceux du Moyen-Âge6 et enfin ceux des périodes moderne7 et contemporaine8 Tout comme on regarde les épisodes d’une série l’un après l’autre ou qu’on lit un livre du début à la fin. On ne saute pas au milieu ou à la fin dès le début, ça n’a aucun sens.

3. Ecrivez / prenez des notes

Prenez des notes dès que vous avez compris quelque chose pour ne pas l’oublier. Très concrètement, vous pouvez faire comme moi. Si je lis un livre dans les transports et que j’ai compris une idée précise, une fois que je suis arrivé à destination (à la maison, à l’école ou au travail), je note immédiatement ce que je viens d’apprendre.

Soulignez, surlignez, écrivez dans vos livres pour vous approprier les notions et les arguments. Vous verrez que vous retiendrez beaucoup mieux. Si vous lisez des articles, imprimez-les pour aussi écrire dessus. Faites des schémas etc. Soyez créatifs, chacun a ses propres astuces !

4. Apprenez au sein d’une communauté

Quand on veut apprendre quelque chose de nouveau (la cuisine, le jardinage, jouer à un nouveau jeu etc.), souvent il est très utile de le faire ensemble avec d’autres. En particulier de demander des conseils à des gens déjà expérimentés. C’est pareil pour la philosophie. J’avoue que je n’aurais quasiment rien compris tout seul dans mon coin. Vous pouvez par exemple suivre des cours en ligne et/ou discuter avec vos amis qui connaissent déjà la philosophie.

Si vous ne connaissez personne (ou tout simplement intéressés), nous serons très heureux d’échanger avec vous et de répondre à vos questions par mail, sur facebook, instagram ou notre conversation Telegram. Vous pouvez aussi rejoindre ces groupes facebook pour poser des questions et y trouver des réponses : iAquinas FR – Le Lounge, Thomism Discussion Group et Reformed Thomism. Je rajouterai plus tard des groupes discord si j’en trouve.

5. Commencer à apprendre la logique et les faux raisonnements

La logique est la partie de la philosophie qui étudie les règles des arguments, les différents types de preuves (déduction, induction, etc.), les différentes erreurs de raisonnement (homme de paille, faux dilemme etc.). Elle répond à ce genre de questions : comment savoir qu’un argument est un bon argument ? Comment savoir si notre raisonnement est valide ? Pour prendre un sujet très actuel : qui a raison entre les « anti-complotistes » et ceux des « complotistes » ?

Il est donc très important de commencer par là car tout le reste de la philosophie utilise des raisonnements et dépend du coup de la logique. Avec la logique, vous saurez tester et vérifier des arguments, peu importe le domaine que vous étudiez (éthique, philosophie, politique, science etc.). La logique, c’est un peu comme les fondements d’une maison, si on les enlève, la maison tombe. Pareil pour la philosophie.

Vous pouvez lire ma série d’articles sur la logique et regarder les ressources que j’ai regroupées dans la partie « Logique » de cette bibliographie.


Illustration en couverture : Henri Testelin, Colbert présentant les membres de l’Académie royale des sciences à Louis XIV, 1675-1680.

  1. Je parle en tant qu’ancien lycéen en spécialité scientifique où il n’y a de la philo qu’en Terminale.[]
  2. On les appelle traditionnellement révélation spéciale/particulière (toute parole de Dieu orale ou écrite, en particulier la Bible) et révélation générale (l’univers, la Création).[]
  3. Que ce soit le platonisme, l’aristotélisme ou le néoplatonisme. N’importe lequel des trois sera toujours mieux que la philosophie moderne.[]
  4. Bien sûr les œuvres faciles pour commencer[]
  5. Par exemple les présocratiques, Platon, Aristote, Epicure, Marc-Aurèle et Epictète[]
  6. Par exemple Augustin, Boèce, Averroès, Thomas d’Aquin, Duns Scot et Ockham[]
  7. Par exemple Descartes, Spinoza, Leibniz, Locke, Hume, Kant, les Lumières, Hobbes, Hegel[]
  8. Par exemple. Auguste Comte, Bertrand Russell, Camus, Sartre, Freud, Nagel, John Rawls[]

Laurent Dang-Vu

Etudiant en maths/info, passionné par la théologie biblique qui me permet d'admirer la beauté et la cohérence de la Bible comme une seule grande histoire, par l'apologétique culturelle (l'analyse d'oeuvres culturelles, films/jeux/anime/littérature à la lumière de la foi) et par la philosophie thomiste pour ses riches apports en apologétique.

3 Commentaires

  1. Romuald

    Génial ! Encore merci pour tout ce travail Laurent !!
    Personnellement, je suis assez intrigué par le lien que j’ai découvert récemment entre les philosophes et les théologiens. J’ai toujours pensé que la philosophie était une discipline, globalement opposée à la théologie, ou tout au moins à la foi chrétienne. Certainement à cause des philosophes « existentialistes » (en fin, je crois que c ‘est çà), genre Nietzsche, Sartre, Comte-Sponville, Onfray ; …
    Et c’est assez troublant de voir que les Pères de l’ Eglise avaient des « liens » avec les philosophes classiques de l’ Antiquité.
    Du coup, je me suis inscrit aux cours que va donner Le Précepteur. C’est un blogueur assez connu sur YouTube. Son 1er cours est le 14/10/2021.
    Ca coûte 18 €/mois (accès aux cours 1/mois et autres « privilèges »). Cf. https://www.le-precepteur.fr/mes-cours
    Dans ce 1er cours, à destination des débutants : dix concepts fondamentaux de la philosophie, dont :
    conscience – expérience – vérité – liberté – déterminisme – essence – transcendance – matérialisme – idéalisme – dualisme.
    Par ailleurs, il a également mis en téléchargement gratuit, un livre « Tous philosophes ? » : https://www.le-precepteur.fr/tous-philosophes.
    Pas encore eu le temps de le lire.
    Laurent, un avis/conseil sur cette initiative, stp ?
    Merci

    Réponse
    • Laurent Dang-Vu

      Salut Romuald, je t’en prie, ça sert à ça, merci encore pour les encouragements.

      Oui ça doit être à cause de la philosophie contemporaine (et même déjà après Kant qui aurait « anéanti » une bonne fois pour toute la métaphysique) même s’il y a des exceptions (Van Til, Gordon Clark, Kierkegaard, etc.). Comme tu l’as dit les chrétiens ont toujours fait de la philosophie, depuis les Pères, aux médiévaux et mêmes des modernes qui se sont éloignés de la scolastique/de la philo classique (Descartes, Leibniz, Reid). C’est ce qu’on essaye de redécouvrir quoi.
      Je me suis abonné à sa chaîne mais j’avoue que je n’ai jamais écouté en entier ses vidéos (trop long et il n’y a qu’une image, pas sa tête, pas d’animations, pas de diapo, j’ai du mal quoi quand il n’y a « rien »). Mais du peu que j’ai écouté il explique bien, donc je pense que c’est une bonne idée (surtout pour une toute première approche – en plus en français il n’y a presque rien -, obligée pour presque tout le monde aujourd’hui). Merci je savais pas, je te dirais ce que je pense du livre.

      Amuse toi bien !
      Laurent

      Réponse
  2. Romuald

    Merci Laurent.
    Encore bravo pour tout ce travail.
    Bien à toi.

    Réponse

Trackbacks/Pingbacks

  1. Débuter en philosophie – sommaire de la série – Par la foi - […] Des conseils pour commencer la philosophie en autodidacte2. Sept raisons de s’intéresser au thomisme3. Une bibliographie de philosophie pour…

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *