La simplicité de Dieu — Turretin (3.7)
7 juillet 2022

Dieu est-il le plus simple et libre de toute composition ? Nous l’affirmons, contre Socin et Vorstius.

La doctrine de la simplicité enseigne que Dieu n’est pas composé. Il n’est pas composé d’amour, de justice, de toute-puissance etc comme si chaque attribut était une pièce de Lego indépendante. À la place, il est les attributs qu’il a. Dieu n’a pas d’amour, il est amour. Dieu n’a pas de justice, il est la Justice-grand J. Nous distinguons justice, amour, puissance, volonté, etc… mais Dieu est en réalité toutes ces choses à la fois.

Les sociniens, dont nous avons déjà pas mal parlé, niaient la simplicité de Dieu pour mieux réfuter la Trinité. Mais les remonstrants (ou arminiens) y étaient aussi opposés. Lancé par Conrad Vorstius, la remonstrance (document fondateur de l’arminianisme) nie explicitement que la simplicité soit biblique ou même vraie.

37ba988503a302e1743214a016130697.png

De leur côté, les orthodoxes ont constamment affirmé que l’essence de Dieu est parfaitement simple et libre de toute composition. Il est à noter que notre site s’inscrit dans cette tradition, comme en témoigne les articles suivants :

Argumentation principale (§§ 4-6)

  1. Dieu est parfaitement indépendant, il ne dépend d’aucune chose. Or, les choses composées sont nécessairement dépendantes de leurs composants et de ce qui les compose. Donc Dieu n’est pas composé. S’il était composé de ses attributs, alors il dépendrait de la Justice, avec un grand J, pour exister, par exemple.
  2. Il est absolument unique, non seulement au sens numérique, mais aussi au sens de non composé. Dieu est d’une seule pièce.
  3. Dieu est parfait. Or une composition est imparfaite, car elle suppose la passivité [pouvoir recevoir un composant], la dépendance, et la muabilité [pouvoir changer]. Donc Dieu n’est pas composé.
  4. Dieu est un acte pur, il n’y a en lui aucun potentiel qui ne soit pas déjà pleinement réalisé, et donc pas de place pour une composition.

Il relaie ensuite l’argument de l’article 3 de la Somme théologique de Thomas d’Aquin (prima pars) : il procède par élimination jusqu’à aboutir à la conclusion que Dieu est parfaitement simple :

  • Dieu est incorporel, il n’y a donc pas de composition physique en lui.
  • Dieu n’est pas soumis aux quantités dénombrables, on ne peut pas lui appliquer d’échelles ou d’unités.
  • Dieu n’est pas soumis à une composition de genre et d’espèce comme le sont les créatures (une poule est composée de l’espèce poule qui est une partie du genre oiseau). Dieu n’est pas un individu divin parmi les autres divinités possibles, puisque la moindre différence et il ne serait plus Dieu.
  • Dieu n’est pas une composition d’acte et de puissance, puisqu’il est acte pur.
  • On ne peut pas distinguer entre essence et existence en Dieu, car la définition de son essence, c’est l’Être avec un grand E, ce qui implique l’Existence avec un grand E. Il n’y a donc pas de composition entre essence et existence.

Dieu n’est pas composé, et il n’entre en composition avec rien. Il n’est donc pas « l’âme du monde » comme l’enseignait les platonistes ou les manichéens.

Je finis sur quelques citations patristiques rassemblées par Turretin :

  • Augustin : La nature de Dieu est simple et immuable et sans trouble, et il n’est pas non plus une chose en ayant une autre1. À présent, bien que Dieu puisse être dit multiple, il est pourtant vraiment et parfaitement simple, car il est appelé grand, sage, heureux et vrai, car sa grandeur est la même que sa sagesse, grande non par la masse, mais par la vertu, et sa bonté est la même que sa sagesse et sa grandeur et sa vérité2.
  • Athanase : Dieu n’est pas composé, lui qui a composé toute choses existantes ; il n’est pas non plus comme les choses qui sont faites dans ce monde ; car il est une substance simple en laquelle il n’y a ni qualité ni ombre de changement, comme Jacques l’affirme3.
  1. De la Trinité, 1.5[]
  2. De la Trinité 6.6-7[]
  3. Aux évêques d’Afrique 8[]

Étienne Omnès

Mari, père, appartient à Christ. Les marques de mon salut sont ma confession de foi et les sacrements que je reçois.

sur le même sujet

Des attributs de Dieu — Turretin (3.5)

Des attributs de Dieu — Turretin (3.5)

Les attributs ne peuvent pas être une chose différente de l’être de Dieu parce que Dieu est parfait et simple. En langage plus ordinaire, cela veut dire que nous n’avons pas un objet divin d’un côté, et les attributs divins « stockés dans un serveur platonique » à côté. Dieu n’est pas un être qui se trouve avoir de la toute-puissance, il est la définition même de la Puissance. Il n’est pas un être qui a de la justice: il est la Justice grand J, sa définition même.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.