La loi naturelle selon les Standards de Westminster
3 août 2019

L’expression « lumière naturelle » apparaît 9 fois tout au long des Standards de Westminster (La Confession et les 2 catéchismes). Selon ces Standards confessionnels, la Lumière naturelle

  1. manifeste « la Bonté, la Sagesse, et la Puissance de Dieu, de telle sorte que les hommes sont laissés inexcusables. Elle n’est toutefois pas suffisante pour procurer cette connaissance de Dieu et de sa volonté qui est nécessaire au salut » (1.1, cf. WLC q.2)
  2. nous aide à déterminer certaines choses relevant du culte : « les circonstances concernant l’adoration de Dieu, le gouvernement de l’Eglise, communes aux actions humaines et aux sociétés » (1.6)
  3. ne suffit pas pour le salut des hommes, « aussi appliqués qu’ils soient à bâtir leurs vies selon la lumière naturelle… » (10.4)
  4. est l’un des deux piliers par lesquels le chrétien peut déterminer si telle action est pécheresse ou non (20.4)
  5. « démontre qu’il est un Dieu qui a seigneurie et souveraineté sur tout, qui est bon et fait du bien à tous, et qui, par conséquent, doit être criant, aimé, loué, invoqué, cru et servi par les hommes de tout leur coeur, de toute leur âme et de toute leur force. » (21.1)
  6. apparait moins clairement dans le IVème commandement que dans les 9 autres (WLC q. 121)
  7. aide les chrétiens à déterminer si certains péchés sont d’une nature plus sérieuse que d’autres (WLC q. 151).

Il y aurait beaucoup à dire sur la façon dont les rédacteurs de ces documents comprenaient l’expression Lumière Naturelle, mais il suffit de dire ici que leurs écrits et ceux de la tradition réformée plus large témoignent du fait qu’ils comprenaient cela comme un synonyme ou du moins une expression proche des « notions communes » et de la « loi naturelle » (Cf. Burgess, Vidiciae Legis ; Pierre Dumoulin, The Anatomy of Arminianism ; John Downame, Christian Warfare ; Synopsis Purioris Theologiae ; Canon de Dordrecht III/IV art. 4 ; Théodore Haak, The Dutch Annotations upon the Whole Bible ; Francis Junius, The Mosaic Polity ; Zanchi, On the Law ; Jean Calvin, Commentaire de l’épitre aux Romains (2:14-15) ; R. Scott Clark « Calvin on the Lex Naturalis »).

Si vous voulez en savoir plus sur la loi naturelle, suivez notre série « Une défense exégétique de la loi naturelle« .

Maxime Georgel

Maxime est étudiant en médecine à Lille. Fondateur du blog Parlafoi.fr, il se passionne pour la théologie systématique, l'histoire du dogme et la philosophie réaliste. Vous entendrez souvent dans sa bouche "Thomas d'Aquin", "Jean Calvin" et "Vive la scolastique". Il affirme être marié à la meilleure épouse du monde. Ils vivent ensemble sur Lille avec leurs deux enfants et sont moniteurs de la méthode Billings.

sur le même sujet

Dieu est unique — Turretin (3.3)

Dieu est unique — Turretin (3.3)

C’est ce qu’enseigne notre raison: il est contradictoire qu’il y ait plus d’un infini, un tout-puissant, un éternel, car les qualités de l’autre annuleraient le premier: il serait tout-puissant sauf sur le deuxième, ce qui annule la toute-puissance etc. C’est ainsi que Tertullien disait Si Dieu n’est pas un, il n’est pas du tout (Contre Marcion 1.3).

0 commentaires

Trackbacks/Pingbacks

  1. Quand l'Assemblée de Westminster fait de la scolastique - Par la foi - […] >> Cet article peut vous intéresser : La Loi naturelle selon les Standards de Westminster […]

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.