Contre les eunuques — Athanase
21 décembre 2022

Il y a eu ces derniers temps un fleurissement d’articles dans la presse séculière sur la vasectomie, soit une technique chirurgicale de stérilisation masculine. La motivation de ces articles s’inscrit dans le catastrophisme écologique : l’être humain est néfaste pour la planète, donc il faut supprimer l’être humain en se stérilisant. Nous avons vu alors des témoignages et vidéos de ces nouveaux eunuques, fiers de s’être coupé de la possibilité de descendance pour Gaïa.

Outre la déclaration doctrinale déjà faite, j’ai découvert une citation d’Athanase sur les eunuques qui m’a semblé pertinente, et nous aidera à formuler une réponse


Dans son Histoire des ariens, Athanase en vient à décrire l’influence néfaste des eunuques de l’époque, dont l’administration et le gouvernement impérial était rempli, et qui étaient un bastion de l’arianisme. C’est avec l’aide de fonctionnaires eunuques que les évêques orthodoxes étaient persécutés sous Constance II. Athanase les cible le temps d’un paragraphe :

Et le fait le plus remarquable est que l’hérésie arienne, qui nie le fils de Dieu, est soutenue par des eunuques, dont le corps est stérile et l’âme dépourvue de vertu, et qui ne supportent même pas d’entendre le nom du Fils. L’eunuque d’Éthiopie, bien qu’il ne comprît pas ce qu’il lisait, crut aux paroles de Philippe, lorsqu’il l’instruisit sur le Sauveur ; mais les eunuques de Constance ne peuvent supporter la confession de Pierre ; ils se détournent même lorsque le Père manifeste le Fils, et se déchaînent contre ceux qui disent que le fils de Dieu est son Fils authentique, affirmant ainsi, comme une hérésie d’eunuques, qu’il n’y a pas de descendance authentique et véritable du Père. C’est pour cette raison que la loi interdit à de telles personnes d’être admises dans un quelconque concile ecclésiastique ; cependant, ils les considèrent désormais comme des juges compétents des causes ecclésiastiques, et tout ce qui leur semble bon, Constance le décrète, tandis que des hommes portant le nom d’évêques discutent avec eux. Qui, en effet, croirait, s’il l’entendait, que des eunuques à qui l’on confie à peine les services domestiques (car c’est une race qui aime le plaisir et qui n’a d’autre préoccupation sérieuse que d’empêcher les autres de faire ce que la nature leur a enlevé), que ces eunuques, dis-je, exercent maintenant l’autorité dans les affaires ecclésiastiques, et que Constance, soumis à leur volonté, a traîtreusement conspiré contre tous et banni Liberius !

Athanase, Histoire des ariens, § 38.

Comprendre Athanase

Commençons par comprendre Athanase selon ses propres pensées, et nous pourrons voir ce qui s’applique aux eunuques écologistes.

De quels eunuques Athanase parle-t-il ? Une classe bien particulière, à savoir les fonctionnaires impériaux de Constance II qui soutenaient fortement l’arianisme avec leurs pouvoirs administratifs1. Néanmoins, il lie ces caractères très spécifique à une immoralité plus générale de l’état d’eunuque, et c’est cela qui nous intéresse. Les caractères généraux qu’Athanase mentionne sont :

  • Une incapacité à concevoir la notion même d’engendrement, et de façon plus large le devoir de procréation. C’est même, d’après Athanase, la raison pour laquelle il est interdit d’être évêque et eunuque à la fois.
  • D’être une race qui aime le plaisir.
  • D’encourager les autres à se détourner de la procréation.

Ils sont incapables de comprendre le devoir de procréation

Une des raisons pour lesquelles les eunuques impériaux de Constance II étaient si favorables à l’arianisme, disait Athanase, était que la doctrine arienne qui niait la génération éternelle du fils était une une hérésie d’eunuques : il n’y a pas de descendance authentique et véritable du Père. Ce n’est pas tellement l’entrejambe qui est en cause ici, c’est leur vision du monde qui ne va pas. S’ils se sont rendus eunuques sur le tard, cela veut dire qu’ils ont à ce point méprisé ou haï l’idée de procréation qu’ils ont jugé bon de se castrer. Si c’est depuis leur enfance, cela veut dire qu’ils ont grandi sans jamais envisager la procréation. Dans un cas comme dans l’autre, les eunuques sont étrangers à la procréation.

Pourquoi Athanase dit-il qu’on ne peut pas être évêque et eunuque à la fois ? Je vois trois raisons :

  • Parce que cela aurait empêché l’évêque de convenablement enseigner l’Église sur le devoir de procréation.
  • Parce que l’évêque est d’une certaine façon le père des croyants (comme en témoigne l’adoption du titre de pape à Alexandrie à cette époque). Paul lui-même utilisait l’imagerie parentale pour désigner la charge pastorale, comme en 1 Thessaloniciens 2,7-8 : comme apôtres du Christ, nous aurions pu nous imposer. Mais nous nous sommes faits tout petits au milieu de vous ; comme une mère prend soin des enfants qu’elle nourrit, nous aurions voulu, dans notre tendresse pour vous, vous donner non seulement la bonne nouvelle de Dieu, mais encore notre propre vie, tant vous nous étiez devenus chers.. Or, cette tendresse parentale est incompatible avec l’esprit de castration de l’eunuque.
  • Ce n’est pas mentionné par Athanase, mais il est possible que ce soit aussi à cause de la prévalence des eunuques dans l’administration impériale : interdire aux évêques d’être eunuque, c’est s’assurer que les fonctionnaires impériaux ne vont pantoufler dans le clergé.

« Une race qui aime le plaisir »

Il y a un corollaire à cette incapacité essentielle à comprendre la procréation : les eunuques ne peuvent comprendre la sexualité, un moteur humain primaire et universel, que sous l’angle du plaisir charnel. C’est tout ce qu’il reste à la sexualité une fois qu’on se rend stérile.

Où est le mal ? C’est que Dieu a prévu bien plus que l’excitation sensorielle pour la sexualité :

  • C’est un moyen d’étendre son règne et d’accomplir le mandat créationnel donné à Adam. Elle est l’instrument de domination de la création, au sens biblique, et une source de grand bien.
  • C’est le moyen de conserver l’humanité et la société, avec les biens et services qu’elle apporte.
  • Le corps est bien plus qu’un sac de viande agité par des hormones : il est une sainte création digne de respect et d’honneur. Rejeter la procréation rabaisse le corps à une matière excitable sans âme.

Ils encouragent à se détourner de la procréation

La formule est belle, les eunuques sont un groupe qui n’a d’autre préoccupation sérieuse que d’empêcher les autres de faire ce que la nature leur a enlevé. Puisqu’ils n’auront jamais de descendance, les eunuques ont toute liberté de se consacrer à n’importe quelle faction ou intrigue politique. On est d’autant plus zélé que l’on est sans famille et sans autres obligations que celles que l’on a envers « la cause ». Et à quoi donc se consacreront-ils ? À ce que les autres leur resssemblent. D’où un déferlement récent d’articles sur le sujet de la stérilisation masculine.

Application à notre époque

Ces trois éléments généraux sont tout à fait valides et pertinents pour notre époque. Au-delà de l’acte de vasectomie, c’est l’esprit de castration derrière qui est incompatible avec la volonté de Dieu : le chrétien est au contraire appelé à respecter la procréation, à avoir une vision plus large de la sexualité que la simple excitation sensorielle, à honorer son corps et sa sexualité.

Pour ce qui est de l’interdiction d’être évêque et eunuque à la fois, cette interdiction (biblique au départ) a disparu quelque part entre le droit canonique du IVe siècle et la disciple réformée du XVIIe siècle, mais je ne pense pas que l’esprit de cette interdiction ait quant à lui disparu. Pour ce qui est de nos pasteurs aujourd’hui, je pense que sans forcément interdire formellement un pasteur vasectomisé (qui l’interdirait ?), avoir recours à cette pratique devrait être un signal d’alerte clair : tient-il bien une doctrine chrétienne sur la sexualité et la procréation ?


Illustration : Bartolomeo Nazari, Portrait de Farinelli [un castrat], 1734.

  1. Dans la Rome impériale, les eunuques avaient une réputation de fidélité, de soumission et d’obéissance à cause de leur incapacité à avoir une famille (et donc une autre loyauté que celle de leur travail), de leur féminisation liée à la castration ; par conséquent, ils étaient privilégiés comme fonctionnaires administratifs. Mais comme le montre Athanase et l’exemple de l’histoire impériale chinoise, les fonctionnaires eunuques sont aussi des conspirateurs et intrigants de première classe.[]

Étienne Omnès

Mari, père, appartient à Christ. Les marques de mon salut sont ma confession de foi et les sacrements que je reçois.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.