La Trinité dans l’Ancien Testament — Turretin (3.26)
13 janvier 2023

Le mystère de la Trinité peut-il être prouvé à partir de l’Ancien Testament, et était-il connu à cette époque ? Nous l’affirmons contre les sociniens.

J’ai souvent entendu que la Trinité n’existait pas sous l’Ancien Testament, comme si elle était une pure invention chrétienne hostile et étrangère au judaïsme. Nous allons voir que c’est tout simplement faux. Elle y est moins claire, certes, mais elle y est présente. À ce sujet, je vous renvoie aussi à l’article ci-contre, qui se penche surtout sur les juifs de l’époque de Jésus.

Argumentation principale (§§ 2-15)

À partir de Genèse 1,26

Dieu dit : Faisons l’homme à notre image. Dieu se parle à lui-même en utilisant le pluriel. La pluralité dans l’unité, c’est la Trinité. On retrouve aussi cette pluralité en Genèse 3,22 : L’Éternel Dieu dit : Voici, l’homme est comme l’un de nous et en Genèse 11,7 : Allons ! descendons, et là confondons leur langage.

Objection : C’est là un « nous » de majesté, comme lorsque Louis XIV disait « Il nous a paru bon ». Cela ne remet pas en cause l’unité absolue de Dieu.

Il n’y a pas d’exemples d’un tel usage ailleurs dans l’Ecriture. Lorsqu’une personne utilise le « nous » c’est toujours en référence au groupe dont elle est le porte-parole. C’est une coutume française, et non une coutume du Proche et Moyen-Orient ancien ; même Nabuchodonosor et Belshatsar utilisent le « je ». D’ailleurs, ce n’est pas un « nous » qui exprime la majesté, mais plutôt l’humilité : le Roi ne parle pas de lui-même, mais de sa propre opinion et de celle des nobles.

Si Dieu utilise un « nous de majesté », pourquoi ne l’utilise-t-il pas tout le temps ?

Objection : Ce « nous » ne désigne pas Dieu seul, mais aussi les anges.

→ Cela ne colle pas avec les passages cités.

  • En Genèse 1,26, les anges ne sont pas des créateurs et ne peuvent pas être associés à l’oeuvre divine de création.
  • En Genèse 3,22, les anges ne sont pas les égaux de Dieu, et ne sont pas concernés par la promesse du serpent, qui a promis de rendre les hommes semblables à Dieu, pas semblable aux anges.
  • En Genèse 11,7, seul Dieu est mentionné, et la confusion des langues ne vient pas par l’action des anges.

À partir de Genèse 1,2

On voit une pluralité de personnes lorsqu’il est écrit l’Esprit de Dieu se mouvait au-dessus des eaux, distinct de Dieu lui-même. Turretin répond à une rafale d’objections :

  • « Non, il s’agit que du mot « souffle » on ne parle que du vent » ; l’air n’est pas encore créé.
  • « Il s’agit des anges » ; il n’y a pas encore eu aucune distinction, il n’est même pas sûr qu’ils soient déjà créés.
  • « Il ne s’agit que d’une force de Dieu » ; jamais Genèse ne décrit de force de Dieu distincte de Dieu lui-même. Nous concluons donc qu’il s’agit d’un suppositum de Dieu.

Et cette interprétation est d’autant plus probable que l’Esprit de Dieu est appelé auteur de la Création (Psaume 33,6 ; Psaume 104,30 ; Ésaïe 40,13-14).

À partir d’Osée 1,7

Mais j’aurai pitié de la maison de Juda ; je les sauverai par l’Éternel, leur Dieu, et je ne les sauverai ni par l’arc, ni par l’épée, ni par les combats, ni par les chevaux, ni par les cavaliers.

Nous voyons ici deux personnes de Dieu : l’un qui sauve, l’autre par qui le premier sauve, et tous deux s’appellent l’Éternel. D’autres passages où l’on observe une chose semblable :

  • Genèse 19,24 : Alors l’Éternel fit pleuvoir du ciel sur Sodome et sur Gomorrhe du soufre et du feu, de par l’Éternel. L’Éternel fit pleuvoir par l’Éternel .… pluralité de personnes en un seul Éternel.
  • Psaume 110,1 : L’Éternel a dit à mon Seigneur ; Dieu dit à Dieu… pluralité dans l’unité.
  • Psaume 45,7 : C’est pourquoi, ô Dieu, ton Dieu t’a oint ; Dieu oint Dieu… pluralité dans l’unité.

À partir du récit de la Création

Les anciens n’ont pas manqué l’aspect trinitaire de la Création : nous avons déjà vu qu’il y a Dieu (le Père) qui est distingué de l’Esprit de Dieu (Genèse 1,2). Mais l’Ancien Testament distingue aussi Dieu la Parole, que l’apôtre Jean associe à Dieu le Fils (Jean 1,1-3 ; cf. aussi Hébreux 1,2).

Psaume 33,6 Les cieux ont été faits par la parole de l’Éternel, et toute leur armée par le souffle de sa bouche.

Nous avons donc des indices dans l’Ancien Testament que non seulement il y a une pluralité de personnes, mais qu’elles sont spécifiquement trois.

À partir de la délivrance d’Égypte

C’est l’œuvre de Dieu, et de Dieu seul comme on le voit en préface des Dix Commandements : Je suis le Seigneur ton Dieu, qui t’a fait sortir d’Égypte. Cf. aussi Exode 3,8 et Deutéronome 33,29.

Or cette œuvre est attribuée diversement au Père, au Fils, et au Saint-Esprit. Concernant le Père, personne n’en doute. Concernant le Fils :

  • Exode 3,2 : L’ange de l’Éternel lui apparut dans une flamme de feu.
  • Exode 23,20 : Voici, j’envoie un ange devant toi, pour te protéger en chemin, et pour te faire arriver au lieu que j’ai préparé.
  • Exode 32,34 : Va donc, conduis le peuple où je t’ai dit. Voici, mon ange marchera devant toi, mais au jour de ma vengeance, je les punirai de leur péché.

Ce n’est pas un simple ange, mais le Fils de Dieu :

  1. Cet ange (Exode 3,2) affirme être le Dieu d’Abraham d’Isaac et de Jacob quelques versets plus loin. Exode 3,6 : C’est pourquoi dis aux enfants d’Israël : Je suis l’Éternel ; cet ange affirme qu’Israël est son peuple. Exode 3,7 : Je vous prendrai pour mon peuple, je serai votre Dieu ; il envoie Moïse en tant que Dieu. Exode 3,10 : je t’enverrai auprès de Pharaon. ; cet ange promet qu’Israël servira lui-même en tant que Dieu sur l’Horeb. Exode 3,12 : Dieu dit : Je serai avec toi ; et ceci sera pour toi le signe que c’est moi qui t’envoie : quand tu auras fait sortir d’Égypte le peuple, vous servirez Dieu sur cette montagne. Notez la distinction : Dieu dit qu’Israël servira Dieu.
  2. Cet ange de Dieu est la colonne de nuée qui précède Israël en Exode 14,19 : L’ange de Dieu, qui allait devant le camp d’Israël, partit et alla derrière eux ; et la colonne de nuée qui les précédait, partit et se tint derrière eux. Or cette nuée est Dieu lui-même dans d’autres passages comme Exode 13,21 : L’Éternel allait devant eux, le jour dans une colonne de nuée pour les guider dans leur chemin ; cf. la même chose en Nombres 11,25 et 14,14.
  3. Le nom de Dieu est dans cet ange. Exode 23,20-21 : Voici, j’envoie un ange devant toi, pour te protéger en chemin, et pour te faire arriver au lieu que j’ai préparé. Tiens-toi sur tes gardes en sa présence, et écoute sa voix ; ne lui résiste point, parce qu’il ne pardonnera pas vos péchés, car mon nom est en lui.

Les trois personnes ont concourru à la délivrance d’Egypte, selon ce qu’il apparaît en Ésaïe 63,7-14 : Je publierai les grâces de l’Éternel, les louanges de l’Éternel, d’après tout ce que l’Éternel a fait pour nous ; je dirai sa grande bonté envers la maison d’Israël, qu’il a traitée selon ses compassions et la richesse de son amour. Il avait dit : certainement ils sont mon peuple, des enfants qui ne seront pas infidèles ! Et il a été pour eux un sauveur. Dans toutes leurs détresses ils n’ont pas été sans secours, et l’ange qui est devant sa face les a sauvés ; il les a lui-même rachetés, dans son amour et sa miséricorde, et constamment il les a soutenus et portés, aux anciens jours. Mais ils ont été rebelles, ils ont attristé son Esprit saint; et il est devenu leur ennemi, il a combattu contre eux. Alors son peuple se souvint des anciens jours de Moïse. Où est celui qui les fit monter de la mer, avec le berger de son troupeau ? Où est celui qui mettait au milieu d’eux son Esprit saint ; qui dirigea la droite de Moïse, par son bras glorieux ; qui fendit les eaux devant eux, pour se faire un nom éternel ; qui les dirigea au travers des flots, comme un coursier dans le désert, sans qu’ils bronchent ? Comme la bête qui descend dans la vallée, l’Esprit de l’Éternel les a menés au repos. C’est ainsi que tu as conduit ton peuple, pour te faire un nom glorieux. Dans ce passage, nous voyons distinctement « l’Éternel », « l’Ange de l’Éternel » et « l’Esprit saint de l’Éternel » faire ensemble l’œuvre de délivrance de l’Égypte.

À partir des descriptions du Messie

Les prophéties messianiques décrivent Dieu qui envoie un sauveur avec des caractéristiques divines, impliquant la pluralité dans l’unité.

Ainsi, il est écrit en Ésaïe 61,1-2 L’Esprit du Seigneur, l’Éternel, est sur moi, Car l’Éternel m’a oint pour porter de bonnes nouvelles aux malheureux Tout d’abord, notez que les trois personnes divines sont ici présentes : Dieu oint l’envoyé de Dieu par l’Esprit de Dieu. Ensuite, Jésus s’applique à lui-même ce verset en Luc 4,21.

Une chose semblable se trouve en Aggée 2,4-5 : Je suis avec vous, dit l’Éternel des armées. Je reste fidèle à l’alliance que j’ai faite avec vous quand vous sortîtes de l’Égypte, et mon Esprit est au milieu de vous ; ne craignez pas !

À partir de la triple répétition de Nombres 6,24-26

Que l’Éternel te bénisse, et qu’il te garde ! Que l’Éternel fasse luire sa face sur toi, et qu’il t’accorde sa grâce ! Que l’Éternel tourne sa face vers toi, et qu’il te donne la paix ! Cette triple répétition pointe vers la Trinité.

De même en Genèse 48,15-16, la triple bénédiction de Jacob : Que le Dieu en présence duquel ont marché mes pères, Abraham et Isaac, que le Dieu qui m’a conduit depuis que j’existe jusqu’à ce jour, que l’ange qui m’a délivré de tout mal, bénisse ces enfants ! Ce n’est pas d’une créature que Jacob attend la délivrance, mais de Dieu. « Ange » est donc ici à prendre au sens de Dieu.

La triple répétition dans la louange des séraphins en Ésaïe 6,3 ; Saint, saint, saint est l’Éternel des armées ! et le fait qu’une pluralité de personnes soit ainsi désignée est confirmée par le discours de Dieu quelques versets plus loin. Ésaïe 6,8 : Qui enverrai-je, et qui marchera pour nous ?

Divers

Tous les passages de l’Ancien Testament prouvant séparément la divinité du Fils et la divinité du Saint-Esprit servent aussi d’indices à la Trinité, mais nous les aborderons plus tard.

Ensuite le Dieu de l’Ancien Testament est strictement le même que celui du Nouveau Testament. Si donc la Trinité est prouvée dans le Nouveau Testament, cela s’applique à l’Ancien directement, purement, et simplement.

Enfin, le fait que les juifs d’aujourd’hui ne voient pas la Trinité dans l’Ancien Testament prouve au mieux qu’ils ont un voile sur le cœur qui les empêche de la voir (cf. 2 Corinthiens 3,14), pas que la Trinité est absente de l’Ancien Testament.

Étienne Omnès

Mari, père, appartient à Christ. Les marques de mon salut sont ma confession de foi et les sacrements que je reçois.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.