De l’athéisme – Turretin (3.2)
16 juin 2022

Y a-t-il des athées à proprement parler ? Nous le nions.

En un sens il y en a beaucoup, en un autre non.

Formulation de la question (§§ 2-4)

Tout repose sur la distinction entre athéisme spéculatif et athéisme pratique :

  • L’athéisme pratique n’exclut pas l’existence de Dieu, mais vit simplement comme s’il n’existait pas. C’est le profil majoritaire de ce que nous connaissons aujourd’hui, appelé parfois ironiquement les « apathées », mot-valise entre « apathique » (sans passion) et « athée ».
  • L’athéisme spéculatif est celui qui nie explicitement toute doctrine de Dieu ou de l’existence de Dieu. On pensera aux néo-athées ou à des profils comme Michel Onfray.

La question ne concerne pas ceux qui suppriment une connaissance de Dieu qui est en eux : ce genre d’athées est non seulement possible, mais c’est le cas courant. La question est de savoir si l’on peut vraiment n’avoir aucune connaissance de Dieu, même instinctive et basique. Cela est considéré comme impossible.

Argumentation principale (§§5-8)

  1. Il y a en l’homme une connaissance basique de Dieu, un sens de la divinité qui va avec sa nature rationnelle. Pour une défense de cet article, Turretin renvoie vers le sujet 1 question 3 où il a déjà été traité.
  2. Romains 2,15: les païens montrent que l’œuvre de la loi est écrite dans leur cœur, leur conscience en rendant témoignage, et leurs pensées s’accusant ou se défendant tour à tour. En effet, comme nous l’avons dit dans la première question de ce sujet, pourquoi nous sentons nous coupable d’un crime inconnu des autres hommes s’il n’y a pas de Juge suprême appelé à nous juger ? L’existence de ce remords, même s’il est supprimé par nos soins après coup, montre que nous avons une connaissance basique de Dieu.
  3. Les œuvres de Dieu sont si harmonieuses et ordonnées qu’elles sont un témoignage basique de son existence, imprimé en nous, comme nous l’avons aussi dit dans la question précédente.

Réponses aux objections (§§9-16)

Quand nous parlons de suppression de la vérité, nous ne voulons pas dire que les athées font disparaître de leur cœur cette connaissance basique. C’est plutôt comme une lumière qui est couverte temporairement et délibérément pour eux. Aussi longtemps qu’ils maintiennent cet effort de suppression, la connaissance basique de Dieu est toujours là et active.

Étienne Omnès

Mari, père, appartient à Christ. Les marques de mon salut sont ma confession de foi et les sacrements que je reçois.

sur le même sujet

L’existence de Dieu — Turretin (3.1)

L’existence de Dieu — Turretin (3.1)

Bien que l’existence de Dieu est un premier principe indubitable de la religion, qui doit être tenu pour acquis et non prouvé, si bien que ceux qui en doutent sont dignes de punitions et non de discussion dit Aristote ; pourtant l’exécrable folie des athées modernes, dont cette époque très corrompue est beaucoup trop fertile et qui ne rougissent pas de nier en toute impiété cette vérité très claire, rend la question nécessaire

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.